Il me faut tout d’abord être plus explicite. Lorsque j’emploie le mot « différemment », j’insinue, à côté de la société de consommation (j’aurai pu dire Loin mais cela aurait été un mensonge). Et utiliser le verbe Pouvoir, induit que nous en avons le droit sur le papier, mais est il vraiment applicable en pratique ? Pouvons nous vraiment prendre le parti d’éléver nos enfants sans tenir compte des cases qui façonnent la société dans laquelle nous évoluons, sans tenir compte des règles tacites de cette dernière ?

Pour moi tout a commencé à la naissance de mon 1er enfant. J’ai eu la prétention de me dire que pour m’occuper de ce bébé, il n’y aurait rien de mieux que d’écouter mon instinct. Comprenez, ne tenir compte d’aucun bon conseil venu du fond des âges. Et cela s’est avéré être une des meilleures décisions de ma vie. J’avais pris la décision de me laisser complètement porter par les besoins de cet enfant et les miens, en ne laissant rien parasyter ce pacte. J’ai gardé cet enfant contre moi pendant 6 mois. Je lui ai donné le sein, nous avons dormi l’un contre l’autre et je lui ai chanté des chansons aussi farfelues les unes que les autres pour le voir s’endormir. Après un peu plus de 6 mois à le porter à bout de bras, il acceptait d’être posé loin de moi, de s’endormir seul, de regarder le monde au delà de mon visage. Il avait sans doute rempli sans jauge de confiance, de sérénité, et il démarrait une nouvelle étape. Après ce passage j’étais certaine que me laisser guider par mon instinct profond et le caractère de mon enfant serait désormais mon crédo.

C’est ainsi qu’aujourd’hui de très peu d’écrans nous n’avons plus de télé, les garçons ont gardé leurs cheveux longs et se déguisent en toutes sortes de personnages. J’ai banni les stéréotypes sexuels de notre quotidien, nous mangeons autant de livres que de légumes. Les enfants savent qu’ils peuvent s’interroger sur tout, et que leur avis compte aussi. Je passe sur cette lubbie de tout cuisiner maison, de coudre, tricoter, réparer ou transformer les vêtements usés … Pas seulement par passion, mais parce que la surconsommation me terrifie de plus en plus.

Vous allez me dire que je ne fais rien de très différent des autres finalement. Je vous l’accorde. Cependant, cela fût suffisant pour observer quelques réactions de l’extérieur. 

Sachez tout d’abord que mes enfants sont pleinement conscients que les choix de vie au quotidien que nous avons fait, ne correspondent pas toujours à ceux de la majorité. Et si 3 sur 4 assument parfaitement et en sont plutôt fiers, il y en a un pour qui c’est plus difficile. En voulant leur apprendre que leur personnalité est plus importante que les dictats de la société, j’ai peut-être oublié de me demander s’ils en étaient vraiment capables, ou s’ils en avaient tout simplement envie.

Alors que les copains de classe cumulent les consoles et les jeux en tous genres (surtout ceux interdits aux -16 and and co), le mien n’a pas de télé, et joue à mario sur ma vieille gameboy les jours de pluie (pour ainsi dire jamais). Pendant que certains ramènent des Kinder, des chips et des soupes chinoises déshydratées pour le goûter (si quelqu’un a l’explication de cette nouvelle tendance, je veux bien quelques détails), les miens ont des fruits, des noix et des cookies fait maison. Je peux vous assurez que les chips sont un Must Have chez n’importe quel enfant. Ils aiment l’Ecole mais s’ennuient souvent en classe. Parce qu’ils s’intéressent à tout, parce qu’ils sont nés Zèbres, ou peut-être parce qu’ils ont toujours eu l’habitude d’acquérir les savoirs chacun à leur façon. Il y a ceux qui aiment les livres, et ceux qui ont besoin de tout manipuler pour comprendre.

Ils ne connaissent pas les derniers dessins animés à la mode ni le programme télé de la veille. Le weekend ils sont souvent perdus en Montagne, des trésors de la nature plein des poches. Ils ont souvent un livre dans les mains, et j’ai une facheuse tendance à m’emballer dés qu’ils ont une nouvelle passion. En bref, rien de si différent en soi. Mais différent quand même, puisque cela amène des moqueries et un sentiment d’infériorité pour mon petit garçon.

Moi qui étais plutôt fière de ces choix de vie, je me pose aujourd’hui la question, du N’est ce pas imposer MA vision du MIEUX à mes enfants ? Cette prétention de se dire, Moi je fais ces choix parce que j’estime qu’ils sont Mieux.

Croyez bien qu’ils ne sont pas coupés du monde; Nous sommes de grands fans de Star Wars et de Comics. Nous maitrisons les chansons Disney, et l’univers Harry Potter sur le bout des doigts, et avons une passion pour Miyazaki. Nous ne pouvons pas faire le choix de vivre au sein d’une société, jouir de ses instituions, et pour autant se braquer contre elle. Il nous faut jouer avec les règles du jeu, tout en s’assurant de garder le contrôle des dés (même si je rêve toujours d’une yourte dans le Larzac).

Pourtant, lorsque mon fils se sent obligé de mentir en s’inventant des histoires pour se sentir accepter des autres enfants, cela m’attriste. J’ai la douloureuse impression d’avoir oublié une inconnue dans l’équation. 

Moi qui ai toujours été une militante du Libre arbitre des enfants, j’ai parfois le sentiment de faire les mauvais choix. Je suis convaincue que nous ne faisons pas des enfants pour les garder avec nous. Notre rôle de parents est d’aider nos enfants à devenir les meilleurs humains qu’ils puissent être. Nous leur transmettons des valeurs, et un savoir. Mais quand devons nous considérer qu’il est temps de les laisser se construire par eux mêmes. Les laisser prendre leur chemin même s’il est différent du notre, sans avoir cette envie de les remettre sur la « bonne voie ». Etre capable d’accepter qu’ils peuvent vouloir suivre le troupeau, un temps, de juger par eux mêmes.

Alors voilà, cette idée de vouloir élever ses enfants différemment, est-elle égoïste, ou la volonté profonde de transmettre ce qui compte vraiment ? Ou faudrait-il que tout le monde joue le jeu ? Que chaque individu décide consciemment de revenir à une vie plus simple, plus respectueuse, plus humaine ? La prise de conscience est subjective, nous ne pouvons pas juger les choix des autres, même s’ils nous semblent absurdes (que l’on aime les nouilles déshydratées ou le brownie fait maison). Pourtant lorsque ces choix, lorsque que la société entière, va à contre courant de ce à quoi on aspire, on ne peut qu’avoir le sentiment de se battre chaque jour. Je n’aurais pas cru ressentir un jour, un conflit face à mes convictions. J’étais convaincue d’avoir trouvé un juste milieu, être ouverte au monde dans lequel nous évoluons, tout en restant convaincue que l’essentiel et la simplicité devraient être la base du quotidien. Parfois même je me noie dans l’utopie d’une société humaniste, mais ça c’est une autre histoire.

Je suis curieuse de savoir comment Vous vous vivez votre rôle de parents au sein de notre société ? Vous laissez vous porter par elle ? Avez vous vous aussi fait des choix alternatifs ? Sont ils toujours bien perçus ?

 

 

13 Commentaires

  1. Marion

    Nous sommes restés longtemps loin des modes de la récréation jusqu’à se que notre Zebre pleure car  » tous les autres jouent aux cartes Pokémon à la récréation et moi j’en ai pas donc personne ne joue avec moi » nous avons cédé après trois ans de lutte à cette loi de société que nous trouvons absurde mais qui pour lui l’inclut dans le groupe…

    Réponse
    • DeboBrico

      Ton texte j’aurais pu l’écrire.
      Mon grand assume à peu près ses/nos choix. Mais ça m’attriste de le voir mis à l’écart parce qu’il n’a ni chips ni jeux vidéo.
      J’ai l’impression de le monde des pre ados est impitoyable

      Réponse
  2. natalou

    bonjour 🙂
    Moi et ma soeur avons été élevés un peu comme ça, mes parents étaient des décroissants écolos zéro déchets avant l’heure, adversaires acharnés des dessins animés américains ou japonais, des barbies, des pogs et de tout effet « mouton ».
    Je ne me souviens pas spécifiquement d’en avoir souffert et j’en suis très fière aujourd’hui, je me sens mieux armée face à la vie que d’autres. Je me souviens par contre de beaucoup d’incompréhension du côté de ma soeur et d’un fort sentiment d’injustice, je ne saurais dire ce qu’elle en pense aujourd’hui mais toutes deux sommes dans cette veine pleinement assumée d’écologie, de consommation réfléchie etc.
    En espérant que ça aide
    Bien à toi

    Réponse
  3. Lu6

    J’essaie un peu de suivre cette voie également de mon coté, de transmettre ces valeurs, et c’est aussi une question que je me pose, pour le futur, car mes deux loups sont encore en maternelle. Je ne sais pas quelle attitude j’adopterai devant ces demandes… Pour l’instant tout passe avec beaucoup d’explications, et un peu de lacher prise de temps en temps… Par contre le coup des nouilles chinoise, j’hallucine!!

    Réponse
  4. Marir

    Ont suis pas la mode de pâques, Noël, chandeleur… Les goûter et dessert mauvaises habitudes pour nous sauf qu’à l’école je lui en donne pour la garderie enfin au petit parce que les animatrices me l’on rappelé, parce que les copains ont des goûter blablabla et pas lui… la tv elle ai la mais si je pouvais l’enlever aussi enfin ont regardent que des films et série correcte avec eux, ont ne regardent pas les infos, japprend les nouvelles sur fb lol… Ont veut pas suivre le mouvement aussi, mais quand la famille font ben il pose des questions et c’est soûlant de ce justifier pour ma part…

    Réponse
  5. Laure

    Ahh je trouve ça tellement complexe. J’ai été élevé un peu comme ça « à côté ». Pas vraiment par conviction de ma mère mais plutôt parce que elle est un peu tarée ! Je le dis en rigolant mais c’est vrai.
    J’ai beaucoup souffert parfois de ces différences. Aujourd’hui je pense qu’elle m’a tout de même offert une énorme liberté par rapport aux autres. Elle mena transmis une volonté de vivre et une énorme liberté de penser.
    Je suis mère aujourd’hui et je sais que c’est poser la question pour les enfants dès la maternelle. Jusqu’a Quel point être différent du groupe? Ma limite s’est quand je sens que mon enfant y tient vraiment ou qu’il souffre trop.
    Alors je cède sans trop de problème à un jeu à la mode. Ça n’est pas grave pour moi, il est heureux, je suis heureuse. Car je sais que tout ce que l’on transmet enrichi de toute façon. Et ce n’est pas un jeu, un paquet de chips qui changeront les choses. Est ce si grave de se fondre parfois dans la masse ? Est ce si grave d’aimer la même chose que les autres? Ou de parfois aimer parce que l’autre aime? S’identifier à l’autre c’est très important aussi. Avoir le sentiment d’appartenir à un groupe aussi.
    Suivons nos enfants aussi je pense. Même si ça n’est pas ce que nous la maintenant on aurait choisi pour lui.

    Réponse
    • Lyse

      Je trouve également que parfois faire comme les autres c’est un moyen d’integration presque une forme de rite de passage pour les enfants.Je n’avais pas le droit de regarder la télévision petite je n’étais habillée qu’avec des vêtements de bourse aux vêtements, et des gâteaux faits maison.Maintenant ce serait considéré comme le summum de la bonne éducation à l’époque ça m’a surtout mise à l’écart.

      Réponse
      • Anonyme

        Moi aussi je me reconnais beaucoup dans cet article. Je me pose aussi des questions sur nos choix. Je suis votre blog depuis quelques temps déjà, je l adore! Je pense que c est bien de se poser des questions, de savoir être souple mais d’un autre côté je soutiens à 100 pour cent votre manière de faire. Car il y a une forme d abandon à laisser les enfants sur écran pendant des heures, les laisser jouer à des jeux non adaptés et manger des chips et des bonbons à la récréation et les enfants le sentent. Et je me demande même si ce n’ est pas parfois la raison de leur moqueries ou rejet. Ma fille aînée est rentrée au collège être année et s est posé le problème du portable dont tous les collégiens sont équipés ! Pour l instant elle n’ en a pas, elle s’ en plaint régulièrement,ce qui la gène c est que les autres ne parlent que de ça, de leurs échanges sur les réseaux sociaux. Mais elle s’ est fait plein d’ amis quand même ! Les copains des filles qui viennent chez nous sont toujours heureux de jouer à des jeux de société, de faire des chasses aux trésors etc… Mais je me pose aussi beaucoup de questions surtout quand je prends conscience du trop grand décalage comme la fois où j avais assisté à la conversation de ma fille avec un copain (en cp ou CE1) qui lui racontait un jeu vidéo qu elle ne connaissait pas et qu elle lui avait répondu que elle aussi elle aimait jouer à des jeux sur l ordinateur :aux échecs…😂

        Réponse
  6. Riquitita-gada

    Pour ma part je triche car notre choix d’école etant lui aussi un peu « décalé » les modèles alternatifs semblent plutôt la norme chez leurs camarades et sont de fait beaucoup mieux accepté par les enfants. Mais ça ne fait que décaler les choses et s’ils choisissent de continuer leur scolarité en College public, je crains un peu le grand écart (l’ayant moi-même vécu au même âge, cela dit j’ai toujours réussi à composer et à me trouver des copains même en n’etant pas dans la tendance).
    Je pense surtout que d’ouvrir cette discussion avec les enfants peut permettre de reduire les difficultés au moment où elles se présentent pour eux. J’ai le souvenir par exemple que j’avais évoqué à mon entrée en 6 ème l’impression de ne pas avoir de vêtements suffisamment à la mode par rapport aux autres et d’avoir été faire les magasins avec la copine de mon frère qui était à ce moment là de bien meilleur conseil que ma mère sur le sujet afin de « reactualiser » ma garde robe.

    Réponse
  7. Coco

    Je me reconnais beaucoup dans votre article a la fois du côté de l’enfant et de la maman. Issue d’une fratrie de trois , nos parents nous ont élevé dans l’idée de la « liberté chérie » sans télévision, ni jamais aucun paquet de gâteau ou habits neufs (plus dans un souci d’économie que d’ecologisme) . A l’adolescence cela c’est assoupli d’autant plus que nous étions dans un collège privé avec des enfants pour le coup bien dans le moule et les signes extérieurs de réussite sociale. Cela c’est assoupli mais tout en posant les limites (oui pour un habit neuf a la mode mais pas de la marque la plus cher, oui pour un paquet de gâteau mais seulement le week end , oui pour le portable mais seulement a 14 ans et sans forfait etc…) Aucun de nous trois n’est associal ou sans amis. Nous avons tous eut une adolescence relativement sympa entouré de beaucoup d’amis (même si nous avons beaucoup sollicité nos parents pour avoir comme les autres) . Aujourd’hui nous sommes en âge d’être parents a notre tour et nous avons tous les trois des modes de vie un peu a la marge tout en étant bien inséré dans la société. Et nous reproduisons finalement avec nos enfants cette éducation (pas de TV, pas d’habits neufs, alimentation maison, achat de jouet très limité etc) mais pour l’instant ils sont tous en primaire et nous ne sommes pas encore face a l’adolescence et a sa complexité. Ce que j’ai retenu de mon éducation a la marge c’est un peu de frustration, le sentiment d’une sensibilité un peu trop grande par rapport a notre entourage, le fait d’avoir pu se forger des valeurs fortes et un grand sens de la famille (nous sommes extrêmement soudés) . Mettre l’accent sur les choses concrètes de la vie et des valeurs fortes face a la société de consommation me semble un choix riche pour nos enfants. Bien sûr cela reste le nôtre et comme tu le pointe si bien a nous de ne pas juger et être tolérant envers d’autres façons d’être. Enfin pour finir ce looooong commentaire je crois que ce que je préfère avant tout c’est se poser des questions et remettre en cause et en perspective nos façons d’être et ce qui me désole le plus c’est justement de ne s’en poser aucune !

    Réponse
  8. Lephaky

    Tadalis Sx En Ligne [url=https://agenericcialise.com/]cialis online canada[/url] Comprar Cialis Envio Rapido buy cialis online india Where Can I Buy Cipro Xr

    Réponse
  9. Algornott

    Order Propecia Online Consultation [url=https://bbuycialisss.com/]buy cialis generic online[/url] fast delivery cialis Buy Cialis Viagra Online Comprar

    Réponse
  10. Lephaky

    Nexium Online Price [url=https://bbuycialisss.com/]cialis without prescription[/url] Sildenafil100mg Buy Cialis Buy Yasmin No Prescription

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les PETITES FICHES Pédagogiques : l’AUSTRALIE

Les PETITES FICHES Pédagogiques : l’AUSTRALIE

Il y a quelques temps j'ai eu l'idée de recommencer à créer des supports pédagogiques pour les enfants. Si depuis plusieurs années je collabore avec des professionnels de différents secteurs de l'enfance, j'ai eu envie de me remettre à dessiner et imaginer pour moi....

lire plus
Faire au mieux, avec ce que l’on a

Faire au mieux, avec ce que l’on a

Arrêtez tout ! Tout ce dont vous avez besoin est là, près de vous. Ou peut-être à deux pas ( en faisant attention aux Lego qui traînent ). Maria Montessori a élaboré sa pédagogie en évoluant autour d'enfants de milieux défavorisés, et aujourd'hui on nous vend des jeux...

lire plus
Kit décoration L’Etrange Noël de Mr Jack

Kit décoration L’Etrange Noël de Mr Jack

"This is Halloween, this is Halloween Halloween Halloween …. "   L'Etrange Noël de Mr Jack, c'est Le film de la fin d'année ici. Les enfants l'adorent, et moi, en irréductible fan de Tim Burton, je peux le regarder en boucle en fredonnant toutes chansons ! Cela...

lire plus